Présentation du projet Bâti C² au salon Bois et Habitat

BatiC² est un projet qui a pour objectif de stimuler la construction bio-écologique à travers le développement des circuits courts et de favoriser le développement économique des PMEs du secteur de l’écoconstruction.

Le 24 mars 2017 s’est lancé le projet BatiC² au salon Bois & Habitat de Namur Expo par une conférence sous le thème « Le bois et les éco-matériaux font bon ménage ! ».

90 participants

Au travers de témoignages techniques et d’expériences, des architectes, des entrepreneurs et des maîtres d‘ouvrages publics belges et français sont venus enrichir la réflexion sur les éco-matériaux. Le journaliste Canal C Benoît De Rue a mené les débats et les interactions lors de cette matinée, notamment grâce à un système de sondages « en live ». Parmi la nonantaine de participants, on retrouvait principalement des architectes et des maîtres d’ouvrage.

Une matinée en trois parties:

  • Un dialogue franco-belge entre centres techniques de la construction (Centre Scientifique et Technique de la Construction et Institut technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement) ;
  • Une table ronde avec des producteurs d’éco-matériaux :
    • Bois (Mobic, Le Trusquin) ;
    • Chanvre (Isohemp, Construction Réciproque) ;
    • Argile (Argibat) ;
    • Paille (Pailletech) ;
  • La présentation par deux architectes, de projets belges et d’un projet français :
    • Prescripteur architecte (BE) : Helium3 (projet privé) ;
    • Prescripteur architecte (FR) : Jean-Luc Collet (projet public : Groupe scolaire Jules Ferry).

Quels sont les messages clés à retenir de la conférence ?

Les centres techniques de la construction souhaitent que l’utilisation des éco-matériaux ne soit plus une exception mais bien une tradition, comme pour la construction dite « conventionnelle ». En effet, les techniques utilisées sont pour la plupart vieilles de plusieurs siècles mais il est cependant toujours obligatoire de recourir à des études pour les valider, ce qui est coûteux en temps et en argent. C’est là que la collaboration transfrontalière trouve toute son importance : s’échanger les résultats et éviter ainsi la redondance des études de part et d’autre de la frontière.

Selon les producteurs d’éco-matériaux, le frein principal pour leur utilisation est lié à la communication et plus particulièrement à la compréhension de leur utilité et de leur utilisation. Il existe encore trop d’appréhensions (prix, sécurité,…). Par ailleurs, ils déplorent également le manque de formation des jeunes sur les éco-matériaux dans l’enseignement professionnel.

L’intervention d’experts du secteur, l’interactivité des sondages mais également le travail d’un dessinateur ayant synthétisé la matinée en une planche a rendu cet événement de lancement riche en information et en diversité.

UNE QUESTION UNE DEMANDE ?
Contactez-nous !

Les champs marqués d'un * sont requis.